Nikkormat EL

 

 

Après le Nikkormat FT sorti en 1965, Nikon Kogaku a produit successivement dans la même année le mal-aimé Nikkormat FS (assez rare aujourd'hui, donc recherché des collectionneurs), puis le Nikkormat FTn (1967), le modèle EL (1972), le FT2 (1975) et enfin le FT3 (1977) pour en finir avec la série des Nikkormat.

 

Le modèle EL est un boîtier électro-mécanique entièrement métallique d'une robustesse qui a fait la réputation des Nikkormat. La mise au point est manuelle et le réglage de la vitesse semi-automatique. La mise sous tension de la cellule au cadmium de sulfide (CdS) est automatique dès le déverrouillage du levier d'armement. La vitesse est indiquée dans le viseur par un repère vert sur lequel il faut ramener l'aiguille du posemètre. Comme tous les premiers boîtiers électroniques de Nikon, il faut une pile (PX28 de 6 volts ou 4SR44) pour bénéficier de l'ensemble des automatismes, mais ce boîtier peut fonctionner sans alimentation au 1/90 sec. Cette pile s'installe dans un compartiment qui se trouve sous le miroir.

 

Comme tous les Nikkormat, le modèle EL a été fait pour durer. Pour les petits bras, c'est un poids lourd.